Actualités

Piqûres de tiques : Prenez garde !

1er juin 2018 — 11h17

Piqûres de tiques : prenez garde !

Si vous vous baladez en forêt ou dans les herbes hautes, soyez très vigilant : la tique peut véhiculer la maladie de Lyme, une pathologie grave.

C’est le retour des beaux jours et… des tiques ! La vigilance est de mise pour tous les promeneurs en forêt, dans les parcs et prairies d’herbes hautes. Car la maladie de Lyme – ou borréliose de Lyme – transmise par la tique est une maladie infectieuse qui peut provoquer des troubles articulaires ou neurologiques chroniques graves.

Entre 5 et 25 % de tiques infectées

La détection rapide des piqûres (ou morsures) de tique s’avère également déterminante, car, à long terme, la borréliose s’avère de plus en plus difficile à diagnostiquer et à traiter. La maladie de Lyme n’est pas contagieuse. Elle ne se transmet que par la tique, et non au contact d’un animal ou d’une personne infectés.

On risque surtout de les rencontrer en milieu boisé et humide, particulièrement d’avril à novembre. Il faut donc se protéger lors des balades en forêt.


Les conseils pour minimisez les risques

  • Lors de balades en forêt, mais aussi dans les parcs, les prairies d’herbes hautes, portez des vêtements longs, recouvrant bras et jambes, et de couleur claire (afin de mieux repérer les tiques sur la surface du tissu) ainsi que des chaussures fermées ; coincez les jambes de pantalon dans les chaussettes et portez un chapeau. En effet, les tiques peuvent se laisser tomber sur votre tête du haut d’une branche.
  • Utilisez des répulsifs en privilégiant ceux disposant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) et en respectant leurs conditions d’emploi (l’ensemble de ces informations figurent sur l’étiquette, l’emballage et/ou la notice). Certains produits disponibles sur le marché n’ont en effet pas encore été évalués par les autorités.
  • Après votre balade, faites-vous aider pour détecter la présence éventuelle de tiques, qui se cachent souvent derrière les articulations et les oreilles ou autour des parties génitales. Si vous en repérez une, enlevez-la avec une pince fine ou d’un tire-tique vendu en pharmacie. N’utilisez en aucun cas de l’éther ou tout autre produit. Désinfectez bien la plaie.
  • Si, au cours du mois suivant la piqûre, une plaque rouge (érythème migrant) apparaît sur la zone concernée, consultez immédiatement un médecin.

Érythème migrant, courbatures, fatigue

En cas de piqûre d’une tique, il est essentiel de la retirer le plus vite possible pour limiter le risque de transmission de la bactérie. La manifestation la plus fréquente d’une infection (dans 80 % des cas) est l’érythème migrant.

Cette plaque rouge apparaît et s’étend, parfois sous la forme d’un anneau, au cours du mois qui suit la piqûre. Des symptômes tels que courbatures, malaises, fatigue peuvent aussi se manifester. Trois mois d’antibiotiques doivent normalement venir à bout de la bactérie, selon le consensus thérapeutique français adopté en 2006.

Après, cela se complique. En l’absence de traitements antibiotiques, des troubles neurologiques (paralysie du visage, migraines), cutanés ou articulaires (arthrite), voire cardiaques (palpitations) peuvent apparaître au bout de quelques semaines ou de quelques mois, qui peuvent ensuite devenir chroniques.